L’autoroute A65, qui sera inaugurée le 14 décembre, à Thèze, en Béarn, sera mise en service finalement le jeudi 16 décembre 2010, certainement vers 8 heures.

Le trajet Langon-Pau va coûter 19,70€ et le trajet Bordeaux-Pau sera de 22,50€ pour des véhicules de Classe 1 (voiture de tourisme).

Pour l’aller-retour, cela coûtera en tout 45 euros (pour 150 kilomètres), ce qui place l’A65 dans le peloton de tête des autoroutes les plus chères de France et de Navarre.

Le nombre total de péages automatiques sur la future autoroute A65 entre Pau et Langon en Gironde sera de 10 sur un total de 12.

Seuls les diffuseurs landais du Caloy et d’Aire sur l’Adour nord disposeront de personnel en cabine.

Comme sur l’A64, le réseau sera lui aussi surveillé à distance via un système d’hypervision.

Les ASF peuvent maintenant utiliser votre numéro d’immatriculation de votre véhicule pour vous inciter à ralentir.

La Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) a en effet autorisé le réseau autoroutier du sud de la France à exploiter un système de surveillance personnalisée.

Les numéros d’immatriculation des conducteurs qui roulent trop vite apparaîtront alors avec un message de vigilance.

Cette opération sera uniquement préventive et non punitive puisque les informations collectées par les caméras et ordinateurs de la société d’autoroute seront effacées au bout d’une minute.

C’est la condition sine qua non fixée par la CNIL pour l’utilisation de ces appareils dits de « contrôle sanction automatisé ».



Concession:

L’autoroute fait l’objet d’un tracé neuf entièrement concédé pour 55 ans au groupement A’lienor, détenu à 65 % par Eiffage et à 35 % par Sanef.

Sanef, au sein de ce consortium, fournira les équipements d’exploitation (péage, gestion de trafic, télécommunications), et assurera l’exploitation de l’autoroute pendant toute la durée de la concession.

Trois autres groupements – Bilfinger Berger BOT, SAPRR et Razel d’une part ; ASF et ACESA d’autre part ; Bouygues TP, DTP Terrassement, Colas, Egis et HSBC infrastructure enfin – avaient été admis à présenter une offre.

Financement:

L’autoroute A65 est financée intégralement par le concessionnaire, sans recours à des fonds publics, hors apport en nature de la déviation d’Aire-sur-l’Adour (financée dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2000-2006). Le coût de construction est évalué à 1,2 milliard d’euros supporté, d’une part, par les fonds propres des actionnaires (à hauteur de 20 %), et d’autre part par une dette bancaire de type financement de projet, souscrite auprès d’établissement bancaires.

En raison d’un retard de six mois dans la mise en œuvre des travaux, dû aux contraintes liées à l’environnement, les coûts totaux s’élèvent encore de 300 millions d’euros (les premières estimations faisaient état de 1,2 milliard d’euros).

Le contrat passé avec l’État, en juin 2006, stipulait que « le financement, la construction et l’exploitation de l’autoroute A65 seront assurés aux risques et périls du concessionnaire, sans nécessiter de subvention publique ». Cependant, A’lienor essaie de récupérer de l’État 300 millions d’euros supplémentaires en raison du retard des travaux. L’État a tout de même participé pour payer l’indemnisation des expropriations des maisons et des terrains concernés par le passage de l’autoroute.

Construction:

L’emprise globale de l’infrastructure couvre une superficie totale de 1 490 hectares de terrain. Plus de 160 ouvrages d’art dont 15 viaducs vont être réalisés. Le chantier qui a démarré en juillet 2008, avec 6 mois de décalage, afin d’intégrer les principes du Grenelle de l’environnement, emploie 2 000 personnes et 640 machines qui s’activent sur le chantier.
Des aménagements spécifiques sont aussi prévus pour intégrer l’autoroute dans son environnement, tels que des dispositifs pour la protection acoustique ou les aménagements paysagers.

Conception construction
  • Gie A65
  • Eiffage Travaux Publics
  • Aliénor (concessionnaire)
  • Budget : 1,2 milliard d’euros
  • Mise en service : mi-décembre 2010

Entreprises:

Entreprises participant à la construction de l’A65 :

  • Appia
  • Dodin
  • Eiffage Travaux Publics
  • Eiffel Construction
  • ETP Grands Travaux
  • Eurovia
  • Forézienne d’Entreprise
  • Fougerolles-Ballot
  • Mallet
  • NGE Génie civil
  • Sacer
  • Screg
  • Vinci Construction Terrassement

Problèmes environnementaux:

Le projet est controversé en raison de problèmes environnementaux : l’autoroute doit traverser les coteaux du Béarn ainsi que les zones humides des Landes où vivent des espèces protégées tels le vison ou l’écrevisse à pattes blanches[9] – cette dernière ayant disparu en septembre 2008 suite à un incident). Aussi, il a été modifié pour éviter certaines zones sensibles, et le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, dirigé par Jean-Louis Borloo, n’a donné son feu vert qu’au début des travaux, le 6 juin 2008.

En décembre 2007, la SEPANSO Aquitaine a porté plainte pour « destruction d’espèces animales non domestiques et protégées » et « destruction du milieu particulier d’espèces animales non domestiques et protégées ». Le Conseil d’État a rejeté en avril 2008 les recours déposés par la SEPANSO et l’association Aquitaine alternatives et autres contre la construction de l’A65. Le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) avait rendu un avis négatif, mais Alain Rousset (PS), président du Conseil régional d’Aquitaine, avait envoyé une lettre au Premier ministre, signée par Henri Emmanuelli (PS), Martine Lignières-Cassou (PS), François Bayrou (MoDem) et Alain Juppé (UMP), défendant la construction de l’autoroute.

Le prolongement entre Pau et Oloron a néanmoins été abandonné.

En septembre 2008, une mixture de chaux qui a coulé dans une rivière a fait disparaître des lieux une espèce protégée, l’écrevisse à pattes blanches.

Historique et calendrier prévisionnel:

  • 20 janvier 1995 : lancement de la consultation sur les variantes de bandes de 1 000 mètres.
  • 29 mars 1996 : décision ministérielle sur le choix de la bande de 1 000 mètres.
  • 1997 à 2001 : différentes études techniques et rencontres avec les partenaires pour arrêter le choix des partis d’aménagement dans le cadre des études d’Avant-Projet-Sommaire (APS).
  • mai à juin 2001 : consultation des principales collectivités territoriales, chambres consulaires et associations représentatives pour la comparaison des différentes bandes de 300 mètres.
  • 7 janvier 2002 : décision ministérielle sur le choix de la bande de 300 mètres.
  • 18 juin 2003 : lancement de l’appel de candidatures pour la mise en concession. Dans un premier temps, les candidats ont été invités à formuler pour le 10 janvier 2005 un diagnostic sur les scénarios envisagés (tracé neuf ou avec aménagement de portions existantes) et à présenter éventuellement des variantes.
  • 30 juillet 2004 : consultation des candidats concessionnaires.
  • 18 décembre 2006 :
    • déclaration d’utilité publique (DUP) par décret.
    • signature du contrat de concession passé entre l’État et la société A’LIENOR pour la conception, la construction, l’entretien, l’exploitation et la maintenance. Cette concession s’applique sur la totalité de l’itinéraire en tracé neuf.
    • approbation de la convention de concession par décret 2006-1619.
  • 2008 : acquisitions foncières et début des travaux pour une durée de 30 mois environ.
  • 7 Décembre 2010 inauguration du Diffuseur de Lescar
  • 14 Décembre 2010 inauguration de l’A65
  • 16 Décembre 2010 mise en service de l’A65
Tags:

- 2019  - pau-circulation.fr © -

- Tous droits réservés - All rights reserved -

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?