Encore une fois, les autoroutes de France et de Navarre augmentent leurs tarifs en s’accordant des hausses souvent supérieures à l’inflation. Depuis l’année 2005, dernière année avant la privatisation, le système a viré au jackpot. Citons l’exemple des Autoroutes du sud de la France (ASF), du groupe Vinci, et les autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), filiale d’Eiffage, qui ont vu leurs recettes s’envoler (+ 18% et + 19,65%) tandis que les charges stagnaient (+ 4,6% et + 0,46%). En conséquence, les bénéfices d’ASF ont grimpé de 77,8% en six ans et ceux d’APRR arrivent à 103%. Afin de justifier l’augmentation des tarifs, les sociétés d’autoroutes mettent en avant les 1,9 Milliards d’euros de travaux de modernisation et d’entretien du réseau prévus en 2013. Pour le sud-ouest, l’A 64 (ASF-Autoroutes du Sud de la France-groupe Vinci) a décidé une augmentation de 2,42 %. On devra payer 7,50 € pour Pau-Bayonne (au péage de Sames). Du côté d’A’lienor (groupe Eiffage), qui exploite l’A65, la hausse sera de 3,26 %. Pour effectuer Pau à Bordeaux, en empruntant l’A65 puis l’A62, il faudra désormais payer 25,60 €.